Actualités

25 août 2016

PUBLICATION : Première liste des Espèces Exotiques Envahissantes (EEE) préoccupantes pour l’Union Européenne

Plusieurs taxons sont présents en Aquitaine.

La Commission européenne a publié le 14/07/2016 au Journal Officiel une liste d'espèces exotiques considérées préoccupantes pour la biodiversité de l'Union Européenne. Ces espèces seront soumises à un ensemble de restrictions, de mesures de gestion et de surveillance.

Cette liste comprend 23 espèces animales, dont 12 observées en Aquitaine. 

  • Invertébrés : le Crabe chinois (Eriocheir sinensis), l’Écrevisse américaine (Orconectes limosus), l’Écrevisse de Californie (Pacifastacus leniusculus), l’Écrevisse de Louisiane (Procambarus clarkii) et le Frelon asiatique (Vespa velutina nigrithorax)
  • Poisson : Pseudorasbora (Pseudorasbora parva)
  • Amphibiens et reptiles: Grenouille taureau (Lithobates catesbeianus), Tortue de Floride (Trachemys scripta)
  • Oiseaux : Erismature rousse (Oxyura jamaicensis), Ibis sacré (Threskiornis aethiopicus)
  • Mammifères : Ragondin (Myocastor coypus), Raton laveur (Procyon lotor)

> Accès JO EEE préoccupantes UE

25 août 2016

MISES A JOUR des listes d’espèces exotiques observées en Aquitaine

78 vertébrés exotiques sont recensés pour la période 2010-2015.

L'OAFS coordonne depuis 2014 un travail de synthèse et de collecte d’informations sur les espèces exotiques présentes en Aquitaine. Cet état des lieux concerne essentiellement les vertébrés continentaux. Quelques invertébrés sont également recensés en fonction d’études en cours.

Suite au premier bilan établi en 2014 (publication mars 2015), le recensement des poissons exotiques a été complété et les listes des amphibiens, reptiles, mammifères et oiseaux exotiques mises à jour. Ces nouveaux travaux sont consultables en ligne (accès aux listes) et exposés dans le rapport technique associé à ce projet (accès au rapport). 

A noter :

  • Le Xénope lisse, considéré jusqu’à maintenant en Liste d’alerte, est aujourd’hui présent en Aquitaine. Plusieurs individus adultes ainsi que des pontes ont été observés dans le milieu naturel.
  • L’observation d’un premier juvénile de Tortue serpentine l’été dernier en Gironde a marqué une nouvelle étape dans le processus d’acclimatation de l’espèce.
    Une étude nationale est actuellement en cours par le Service du patrimoine naturel du Muséum national d’histoire naturelle.

Une « Fiche de signalement » est à votre disposition dans la rubrique Outils pour toute observation !

25 mai 2016

NOUVELLE ESPECE : Découverte d'une population de Xénope lisse - Xenopus laevis (Linnaeus, 1758)

Recensé jusqu'à maintenant au sein de la Liste d'alerte, le Xénope lisse est aujourd'hui présent en Gironde.

" Le Xénope lisse Xenopus laevis (Linnaeus, 1758) est un amphibien originaire du sud de l’Afrique. Utilisé par la recherche partout dans le monde depuis les années quarante, il s’est établit dans de très nombreux pays, et notamment en France où son introduction documentée date de la fin des années quatre-vingt dix dans les Deux- Sèvres (Fouquet & Measey 2006). Sa répartition couvrirait plus de 1500 km² environ entre les régions du Poitou-Charentes et de Loire-Atlantique (Fouquet et al. 2012, com. pers. Md Berroneau & M. Labadesse nov. 2015). Par ailleurs, le Xénope lisse continue d’être maintenu ici ou là en captivité, avec tous les risques induits d’échappés ou de relâchers dans la nature. L’espèce est pourtant aujourd’hui interdite d’introduction dans le milieu naturel (arrêté du 30 juillet 2010). A notre connaissance, le Xénope lisse n’avait jamais été signalé en Aquitaine. Au cours de l’été 2015, quatre individus métamorphosés ont été capturés au cours d’une pêche à l’épuisette dans un bassin artificiel de la région bordelaise (C. Miaud com. pers. juillet 2015, commune de Saint Louis de Montferrand).

Durant l'automne 2015, une session de piégeage sur le bassin n'avait permis la capture d'aucun individu. Cet effort de piégeage a été renouvelé ce printemps, et les résultats sont alarmants : une première session de piégeage fin avril a permis la capture de 43 individus adultes, et une seconde, début mai,  de 61 individus adultes. Des pièges ont également été déposés de manière ponctuelle dans des zones humides annexes, sans succès pour l'instant. Durant les sessions de piégeage, au moins deux pontes ont été observées et retirées du milieu naturel.

Cette note confirme donc la présence du population installée de Xénope lisse en Gironde. Cette (petite ?) population est évidemment déconnectée des populations du centre la France. Elle est donc probablement issue d'une nouvelle introduction, accidentelle ou volontaire, dont nous ne connaissons pas l'origine, ni le lieu exact ni la date. Il semble donc urgent de complémenter les inventaires dans les zones humides environnantes, et prendre des mesures pour limiter la diffusion de l'espèce dans le secteur. "

Par Matthieu Berroneau, Cistude Nature

Fouquet A. & Measey G. J. 2006 - Plotting the course of an African clawed frog invasion in Western France. Animal Biology 56 (1): p. 95-102.

Fouquet A., Grillet P., Grosselet O. & Thirion J.-M. 2012 – Xenopus laevis (Daudin, 1803). Xénope lisse In Lescure J. & de Massary J.-C. - Atlas de répartition des Amphibiens et Reptiles de France. Biotope, Mèze ; Muséum national d’Histoire naturelle, Paris (collection Inventaires & biodiversité) : 232-233.

  

  

11 déc. 2015

PUBLICATION : Synthèse des premières Assises nationales « Espèces exotiques envahissantes : vers un renforcement des stratégies d’action »

Deux cents acteurs et experts de France métropolitaine et d’Outre-Mer se sont réunis du 23 au 25 septembre 2014, à Orléans, afin de discuter, à travers leurs expériences et leurs points de vue, des enjeux engendrés par les invasions biologiques.

Les principaux objectifs de ces assises étaient d’établir un état des lieux de la situation en France, de mettre en avant les actions prioritaires et de trouver quelles modifications étaient nécessaires pour assurer une meilleure gestion des invasions biologiques. Les discussions apportées par les ateliers thématiques ont permis d’arrêter 34 recommandations autour de la prévention, de la sensibilisation mais aussi sur l’amélioration du cadre juridique et le renforcement des moyens de gestion.

Plusieurs ateliers thématiques ont notamment recommandés de :

  • Développer la coordination interministérielle et renforcer sur le terrain la coordination entre les acteurs de l’environnement, de l’agriculture et de la santé, en faisant converger les enjeux écologiques, économiques et sanitaires concernant les EEE
  • Bâtir un cadre réglementaire national intégrant : des mesures renforcées de biosécurité, notamment pour limiter les introductions non-intentionnelles ; des mesures destinées à encadrer l’utilisation des EEE ayant un intérêt commercial; des mesures destinées à encadrer les impacts induits par les interventions de gestion ; des obligations d’actions et de moyens en matière de surveillance et de gestion ; des obligations de gestion acceptables pour les propriétaires privés
  • Créer des plateformes Internet libres d’échange d’informations et une base de données nationale
  • Poursuivre l’amélioration des connaissances sur les EEE et sur les écosystèmes impactés et encourager le dialogue entre recherche et gestion

La synthèse de ces trois jours d’échanges est disponible sur le lien suivant

Tous les documents relatifs aux Assises Nationales sont consultables sur la page de l'UICN France (ici)

21 oct. 2015

LANCEMENT D'UN AVIS DE RECHERCHE sur la Punaise diabolique par l’INRA et le MNHN.

Insecte ravageur des cultures originaire de l’Est de l’Asie, il a été signalé pour la première fois en France en 2012 (Alsace). De nouvelles observations de l’espèce ont permis d’identifier un deuxième foyer en Ile-de-France.

Introduite aux Etats-Unis en 1996, la Punaise diabolique Halyomorpha halys provoque d’importants dégâts sur un grand nombre de cultures, notamment des vergers de fruitiers. En Europe, l'espèce semble être en pleine expansion : elle a été signalée en Suisse en 2007 (Zurich), puis en Allemagne et Grèce en 2011, en France en 2012 et en Italie et Hongrie en 2013. Il est donc nécessaire d’être vigilant sur l’évolution de sa répartition en France.

La Punaise diabolique est un insecte faisant partie de la famille des Pentatomidae. Elle est de taille relativement grande (12 à 17 mm) et de coloration brun jaunâtre avec des ponctuations noires. Sa signalisation tardive peut-être dû à sa confusion avec une autre punaise, la Punaise grise (Rhaphigaster nebulosa). Vous pourrez trouver les critères de différenciation de ces deux espèces sur le lien suivant ( Fiche Punaise diabolique (INRA) )

Insecte piqueur-suceur, cette punaise se nourrit exclusivement de végétaux. Son alimentation se fait essentiellement sur les organes reproducteurs de la plante. De ce fait, elle change plusieurs fois de plantes hôtes au cours de son développement. A ce jour, cent vingt espèces végétales hôtes ont été répertoriées en Amérique du Nord et en Asie. En plus de ses capacités polyphage, la Punaise diabolique peut constituer une nuisance par sa capacité à provoquer une sensibilisation allergique.

L’INRA et le MNHN lance donc un appel à contribution afin d'améliorer les connaissances sur l'espèce à l'échelle nationale (répartition, évolution de la distribution...). Pour participer à ce programme de suivi, consulter la page suivante.

A savoir : Actuellement cette espèce n’a pas été signalée sur la région Aquitaine, cependant vous pouvez toujours participer au signalement d’espèce exotique à l’échelle régionale en complétant la page dédiée sur le portail : accès au signalement

7 août 2015

COLLOQUE : Les mammifères exotiques (envahissants) : Etat des lieux et actions?

Ce 38ème colloque annuel de la Société Française pour l'Etude et la Protection des Mammifères se déroulera en Aquitaine du 9 au 11 octobre 2015.

Ce colloque a pour objectif de faire un point sur les connaissances des Mammifères exotiques en France. Les actions passées, en cours ou à venir seront présentées afin de mieux comprendre ces espèces et leurs impacts. Si vous souhaitez participer à l’événement, nous vous invitons à vous rendre sur la page internet dédiée : ici 

Organisation : SFEPM, Cistude Nature, GREGE

7 août 2015

NOUVELLE DONNEE : présence du Raton laveur signalée dans le Lot-et-Garonne

Les cartes de répartition de l'espèce seront mises à jour à la rentrée.

Ce premier signalement par la Fédération Départementale des Chasseurs du Lot-et-Garonne confirme l'extension de la répartition du Raton laveur en Aquitaine. Pour plus d'informations sur l'espèce et sa répartition nous vous invitons à consulter sa fiche espèce.

3 juil. 2015

ALERTE : PREMIÈRE DONNÉE DE REPRODUCTION POUR LA TORTUE SERPENTINE EN AQUITAINE

Bien qu’observée depuis plusieurs année dans le département de la Gironde, la Tortue serpentine, représentée par quelques individus, était jusqu’alors considérée comme non reproductrice en Aquitaine. L’observation d’un premier juvénile marque une nouvelle étape dans le processus d’acclimatation de l’espèce.

La Tortue serpentine (Chelydra serpentina) est une tortue aquatique originaire d’Amérique du Nord. Très massive, elle occupe préférentiellement les eaux calmes, peu profondes, à fond vaseux et fortement végétalisées.  Commercialisé en France par le passé dans les animaleries, l’espèce est depuis interdite à la vente. Sa présence sur le territoire national est le résultat d’introduction d’individus dans le  milieu naturel.

Relativement discrète, l’espèce a été observée 12 fois sur le département de la Gironde depuis 2005. La moitié de ces observations se concentre autour des deux grands lacs littoraux que sont le Lac d’Hourtin et de Lacanau. Aucune donnée sur la Tortue serpentine ne pouvait jusqu’à maintenant confirmer la reproduction de l’espèce en milieu naturel, or l’association Cistude Nature a observé au mois de juin dernier le premier juvénile (individu immature) dans la commune de Salaunes. Cette observation confirme l’acclimatation de l’espèce dans le secteur Nord-ouest de la gironde.

Un article, en cours de rédaction par Matthieu Berroneau (Association Cistude Nature) et Laurent Barthe (Association Nature Midi-Pyrénées), permettra de faire un point sur la présence de l’espèce en France et fera mention de cette première preuve de reproduction à l’état naturel.

Afin d’améliorer les connaissances sur la répartition de cette espèce, nous vous invitons à signaler toute observation. Le processus de signalement d’espèce exotique à l’échelle régionale est présenté sur la page suivante : http://faune-exotique.oafs.fr/outils/fiche-signalement

Une fiche espèce sera prochainement disponible sur le portail. En attendant vous pouvez pour informer sur cette espèce via la page de l'association Cistude Nature sur la Tortue serpentine.

Attention sa grande taille, la puissance de sa mâchoire et son bec corné font de cette espèce un animal relativement dangereux si on tente de le manipuler.

23 juin 2015

SORTIE D'UN OUVRAGE sur les espèces exotiques envahissantes dans les milieux aquatiques

Cette publication, coordonnée par le GT IBMA, l'UICN France, l'Onema et l'IRSTEA, avec le soutien du ministère chargé de l'écologie, dresse un bilan des connaissances pratiques et des expériences de gestion.

Extrait du flyer de présentation : 

"Les espèces exotiques envahissantes et les impacts qu’elles engendrent sont une préoccupation croissante pour les gestionnaires d’espaces naturels particulièrement dans le cas des milieux aquatiques, où un grand nombre d’acteurs se mobilise pour agir. En parallèle, des politiques publiques se développent au niveau national et l’Union européenne se dote d’un nouveau règlement sur le sujet.
Où en sont les connaissances sur les invasions biologiques ? Quel est l’état de la législation en vigueur et quelles préconisations formuler ? Sur le terrain, quelles sont les espèces faisant actuellement l’objet d’interventions de gestion ? Quelles sont les techniques utilisées, dans quel contexte et avec quels objectifs et résultats ?
Près d'une centaine de contributeurs se sont mobilisés pour rassembler des éléments nécessaires à une réflexion claire et une démarche argumentée d’aide à la mise en place d’actions de gestion pour et par les gestionnaires qui sont présentés en deux volumes dans la collection Comprendre pour agir de l'Onéma.

Le premier volume dresse un état des lieux sur les espèces exotiques envahissantes dans les milieux aquatiques de métropole. Six chapitres proposent un panorama sur les connaissances scientifiques, la législation et la réglementation en vigueur à l’échelle internationale, européenne et nationale, les stratégies et les actions mises en oeuvre, la démarche générale et les problématiques de gestion, les outils existants....
Le second volume offre un panorama illustré de la gestion des espèces exotiques envahissantes en milieux aquatiques, une base de réflexion et une démarche d’aide à la mise en place d’actions de gestion, pour et par les gestionnaires, tentant de tenir compte des spécificités de chaque situation (intégrant le site lui-même, l’espèce exotique à gérer et les besoins humains concernés). Ce recueil d’expérience est issu d’une démarche collaborative qui a mobilisé plus d’une soixantaine de contributeurs gestionnaires en France mais aussi dans des pays voisins. Vingt-six espèces différentes et cinquante-deux expériences de gestion sont décrites."

Cette publication est disponible sur les sites internet du GT IBMA et de l'ONEMA

1 juin 2015

Publication d'une plaquette de communication sur le projet aquitain

A destination des professionnels de l'environnement et du grand public, cette plaquette présente de manière synthétique et illustrée les premiers résultats du projet sur la faune exotique en Aquitaine coordonné par l'OAFS.

Des exemplaires peuvent être transmis ou envoyés aux établissements adressant une demande à contact@oafs.fr.
Extraits :

1 juin 2015

Un portail sur la faune exotique présente en Aquitaine

L'Observatoire Aquitain de la Faune Sauvage a lancé au printemps dernier un premier état lieux sur la faune exotique en Aquitaine. Ce portail présente les résultats l'étude.

Suite à l’accroissement des échanges internationaux, de plus en plus d’espèces sont déplacées en dehors de leur aire de répartition d’origine : elles sont alors qualifiées d’espèces exotiques. Si la majorité d’entre elles ne parviennent pas à se maintenir dans leur nouvel

environnement, certaines espèces peuvent développer des populations très dynamiques et affecter la biodiversité locale et les services écosystémiques associés : ce sont les espèces exotiques envahissantes. Ce phénomène encore peu étudié jusqu’aux années 80, mobilise depuis ces dernières années la communauté scientifique, les gestionnaires et les décideurs publics car les introductions d’espèces ont été identifiées comme l’une des premières causes d’érosion de la biodiversité à l’échelle mondiale.

Afin de mieux étudier l’ampleur du phénomène sur le territoire régional, l’Observatoire Aquitain de la Faune Sauvage a initié un état des lieux sur la faune exotique présente en Aquitaine. En associant les connaissances et l’expertise des membres de son réseau, une première hiérarchisation a été effectuée à partir de la méthode « Invasive Species Environmental Impact Assessment ». Ces résultats, présentés sur ce portail, ont permis de classer les espèces recensées suivant le niveau de perturbations et la répartition. 

Les listes d'espèces sont vouées à évoluer dans le temps en fonction de la dynamique des populations (statut reproducteur, répartition…) et des nouvelles informations mises à disposition par le réseau. Les prochains travaux permettront de finaliser l’inventaire des poissons exotiques présents en Aquitaine et de compléter en partie la liste des arthropodes. En retenant un périmètre plus large que l’étude exclusive des espèces exotiques considérées comme envahissantes en région, cet état des lieux illustre l’étendue du phénomène que sont les introductions d’espèces – volontaires ou non – dans les milieux naturels.

Rapport technique La Faune exotique d’Aquitaine : état des lieux et hiérarchisation des espèces. Rapport étape : vertébrés continentaux et invertébrés cibles.